Connect with us

Cinéma Analyse

Mais qui est-Elle ? Interprétation du thriller de Paul Verhoeven

Adapté du roman Oh… de l’écrivain français Philippe Dijan, le thriller Elle a obtenu en 2017 le Golden Globes du meilleur film étranger et le César du meilleur film. Si les Etats-Unis n’étaient pas intéressés de produire le film ni sur un plan artistique, ni sur un plan financier, Paul Verhoeven a donc remporté le pari. Son film interroge le parcours dramatique d’une femme qui fait le choix de devenir la maîtresse de ses souffrances. Mais n’est-ce pourtant pas du déjà vu ?  

Michèle Leblanc (Isabelle Huppert) est à la tête d’une entreprise de jeu vidéo à Paris. Divorcée, devenue la maîtresse de Robert (Christian Berkel), le mari de sa partenaire d’affaires, elle entretient une relation houleuse avec sa mère Irène (Judith Magre) et pas des plus joyeuses avec son fils Vincent (Jonas Bloquet). Michèle est aussi la fille du tueur en série Georges Leblanc, qui cherche à être libéré de prison. Le viol dont elle est la victime lors d’un après-midi alors qu’elle est chez elle est-il lié à la volonté de son père ? Ou a-t-il été commis par un des hommes de l’entourage de Michèle ?

D’objet à sujet

Michèle Leblanc est l’objet de violences dont elle n’est pas maîtresse : elle subit les désirs sexuels de Robert, l’homme qu’elle a pris pour amant ; les mauvaises décisions de son fils, maltraité par sa compagne qui le trompe ; la souffrance de sa mère aux comportements puérils ; la nouvelle relation de son ex-mari qui la frustre ; et, point culminant, le viol d’un homme qui s’introduit chez elle, cagoulé. Si elle est une femme solitaire et intransigeante dans son métier, le spectateur découvre alors que Michèle est aussi une femme extrêmement solide. Son viol pourrait être le coup fatal de sa vie : elle s’est déjà relevée d’une enfance terrible – puisqu’elle fut assimilée aux crimes d’un père qu’elle ne voit plus – et elle a mis fin à son mariage parce que son ex-mari la frappait. Mais son viol ne l’écrase pas, il la transforme : Michèle prend le contrôle de ce qu’elle subit. Après avoir imaginé son agression d’une toute autre manière – et si elle était parvenue à tuer son violeur au moment où il est entré chez elle ? – elle inverse le rapport de force qui contrôle une grande partie de sa vie. Elle devient alors le sujet de son existence et non plus l’objet1.

Elle film Paul Verhoeven

Mais qui est-Elle ?

Si la personnalité complexe de Michèle la rend difficile à cerner, elle apparaît toutefois comme une femme intouchable. Si elle continue à évoluer dans un univers relationnel malsain suite à son agression, elle semble désormais indifférente aux événements qui se produisent. Lorsque sa mère fait un AVC lors de la petite fête qu’elle organise pour Noël, elle n’est pas paniquée de la voir au sol, ni triste de la voir allongée dans un lit d’hôpital, dans le coma. Lorsqu’elle apprend que son père s’est suicidé peu de temps après qu’on l’ait informé qu’elle comptait lui rendre visite, elle murmure à l’oreille de sa dépouille qu’elle l’a conduit à ce geste, comme une vengeance. Lorsqu’elle annonce à sa partenaire de travail qu’elle est celle qui couche avec son mari Robert, elle ne se préoccupe pas de ce qu’elle peut ressentir et ne cherche pas à s’excuser.

A LIRE  Critique : V, la série inachevée

Michèle choisit à l’extrême de ne plus jamais être une victime. Elle n’éprouve pas de culpabilité lorsqu’elle fait preuve de méchanceté et la mort ne l’atteint pas. Elle se fiche aussi de la moralité, raison pour laquelle elle recherche une relation avec son violeur. Lorsqu’elle découvre qui il est, elle n’informe pas les forces de l’ordre, elle provoque plutôt de nouvelles rencontres car elle satisfait en même temps un désir personnel. Elle veut vivre cette liaison interdite puisqu’elle le regarde avec des jumelles depuis sa chambre alors qu’il est dans la rue pour se masturber, qu’elle le laisse entrer chez elle en espérant coucher avec lui. Elle semble indifférente à la violence, ce qui explique en partie qu’elle ne s’effondre jamais. Après tout, elle annonce au restaurant, sans états d’âme apparent, qu’elle s’est fait violer chez elle quelques jours auparavant. Puis elle propose de commander… « Tu sais la honte c’est pas un sentiment assez fort pour nous empêcher de commettre quoi que ce soit… Crois-moi. », dit-elle.

Éclatement des normes

Si le spectateur assiste à des situations de viol, de tromperie, de trahison, de jalousie ou encore de mort, jamais les émotions représentées à l’écran ne sont fortes. Le thriller est dramatique mais non explosif. Ce paradoxe se retrouve dans le fait que les personnages n’expriment pas une colère, une tristesse ou une honte intense, comme le spectateur pourrait s’y attendre. Le moteur émotionnel semble plutôt être le choc – peut-être bien parce qu’il est le point de départ des émotions, le choc étant un coup porté à la sensibilité.

Elle film Paul Verhoeven

En arrière-plan, le récit pose aussi la question de la banalisation de la violence, dont le symbole dans le film sont les jeux vidéo. Dans l’histoire, Michèle exige que la sexualité du jeu en construction dans son entreprise soit plus explicite alors que l’avatar est un monstre tentaculaire infligeant une souffrance à une jeune femme dont les « convulsions orgasmiques sont trop timides ». Cette séquence apparaît donc comme métadiégétique : le récit premier d’Elle est celui d’une femme violée par un homme et le spectateur trouve en arrière-plan dans ce récit premier, soit en tant que récit secondaire, la construction d’un jeu vidéo dont la seule cinématique montrée est celui d’une jeune femme hypersexualisée se faisant agresser sexuellement par un monstre. Le parallèle entre cette cinématique et l’histoire de Michèle se trouve renforcé lorsque la petite séquence est piratée : ce n’est plus la jeune femme qui est agressée par le monstre tentaculaire mais Michèle elle-même, son visage étant transposé sur celui de la jeune femme qui se fait désormais violer par le monstre tentaculaire. La question de la moralité dans les médias se trouve donc posée et, d’une certaine manière, étendue au film même de Verhoeven.   

A LIRE  A Quiet Place, le silence comme révélation d'un bruit

Pourquoi regarder Elle

Isabelle Huppert qualifie Michèle Leblanc de « prototype » : si elle partage des traits de caractère avec d’autres personnages fictifs, sa complexité permet de mettre en scène une héroïne qui sort du commun ; Michèle est unique. Elle n’est ni une victime, ni une vengeresse, elle conserve une certaine part de mystère qui laisse grandes ouvertes les portes de l’interprétation2.

Outre ce personnage ayant valu l’Oscar et le César de la meilleure actrice à Isabelle Huppert, l’intrigue mise en scène par Verhoeven laisse le spectateur avec des questions. Il entre pour un temps dans la vie de Michèle Leblanc, assiste à une partie de son existence sans véritablement avoir des informations sur son passé puis il ressort de cette vie sans avoir plus de réponses sur son futur. Mais le cinéma n’est-il pas là pour laisser plus de questions que de réponses ?

  1. Voir l’interview d’Isabelle Huppert Chaos Cannes : Isabelle Huppert Interview – ELLE de Paul Verhoeven, https://www.youtube.com/watch?v=mWT2KU7SbbU&t=125s
  2. Voir l’interview d’Isabelle Huppert et Paul Verhoeven, ‘Elle’ Press Conference | Paul Verhoeven & Isabelle Huppert | NYFF54, https://www.youtube.com/watch?v=0mv3bK6kyQQ&t=972s
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement
"La vie n'est qu'une interminable répétition d'une représentation qui n'aura jamais lieu (Le fabuleux destin d'Amélie Poulain, 2001). "
Newsletter Signup

© Copyright 2017-2019 - ExoGeek.com - V3 Athéna - Site du réseau LaconiaMedia.

Connect
Newsletter Signup